jeudi 5 novembre 2015

Quand la concertation prime


C'est l'heure de la réorganisation au siège avant d'intégrer de nouveaux locaux proches de la gare d'Amiens, probablement en 2017.
PMP, la filiale publicitaire, abandonne sa grotte pour s'installer dans les anciens locaux du prépresse, libres depuis trois ans ; les ventes et les abonnements se rapprochent ; le web quitte les courants d'air ; les locales Amiens et Amiénois se séparent ; la photo se dirige vers un local sécurisé alors que ce n'était pas prévu à l'origine ; la tour de contrôle descend d'un étage ; la documentation évite le garage...

Tout le monde semble y trouver son compte, même s'il faudra rester vigilant quant au confort de chacun une fois le déménagement réalisé. Les premiers mouvements de bureaux sont prévus avant la fin du mois. 

La CFDT se félicite qu'il y ait eu, cette fois, une concertation, via le CHSCT et le CE, ce qui a permis une consultation auprès des personnels concernés et ainsi faire remonter les doléances de chacun. Autorisant certains réajustements. La CFDT espère qu'à l'avenir ce type de démarche sera renouvelé, notamment pour le futur déménagement du siège.


Si Compiègne avait eu cette chance


Il y a encore quelques mois, le mot concertation était inexistant au sein de notre entreprise, avec des conséquences parfois désastreuses. Le déménagement de l'agence de Compiègne en est le meilleur exemple. 
Le CHSCT avait été averti après coup. Résultat : des conditions de travail déplorables dans un local à l'étroit. La direction de l'époque se contentant de répondre : " On est dans les clous, on respecte les normes pour la superficie des espaces de travail ". 
Le rédacteur en chef d'alors s'était soucié du problème bien après le déménagement et surtout après de nombreuses plaintes de journalistes. Il n'avait rien trouvé de mieux que de proposer l'interdiction d'accès des locaux aux correspondants sportifs le vendredi, afin de libérer de la place. Il fallait y penser !

Pendant ce temps, vos élus CFDT, via le CHSCT, le CE et les DP, ont toujours dénoncé cette situation d'inconfort à Compiègne. Aujourd'hui, la médecine du travail nous donne raison. Un récent rapport indique que la taille des locaux est largement insuffisante par rapport au nombre de personnes qui y travaillent. Soulignant que " la surface recommandée pour 7 salariés est normalement de 105 m² soit environ le double de la surface actuelle sur la partie en open space ".

Avec un minimum de concertation en amont, nous n'en serions pas arrivés à une telle situation. 
La CFDT demande à la direction que le sujet des locaux de Compiègne soit réexaminé au plus vite. Et que des mesures collectives ou individuelles adaptées soient prises pour améliorer les conditions de travail des salariés.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire