mardi 21 avril 2015

Remaniement

Un nouveau rédacteur en chef est appelé à régner au Courrier picard. Le troisième depuis l'arrivée, fin 2009, de la Voix du Nord, via le groupe Rossel.
Mickael Tassart va succéder dès le mois de mai à David Guévart.
En 2012, Mickael Tassart quittait Boulogne pour intégrer la rédaction du CP en qualité de chef de la locale d'Amiens. Depuis, il cumule avec un poste d'adjoint au rédacteur en chef.
Subtilité Courrier picard - VdN, il n'y a pas chez nous de rédacteurs en chef adjoints mais des adjoints au rédacteur en chef. Formule sémantique révélatrice.
La CFDT prend acte de cette nomination pour laquelle ni les syndicats, ni les instances représentatives du personnel n'ont été consultés. Elle note que, pour la première fois depuis 2009, un journaliste de terrain arrive à la tête de la rédaction. Cette nomination semble être accueillie favorablement par la rédaction. Rappelons que lors du couac des municipales en 2014 (on avait publié des pages blanches), le seul à avoir eu le réflexe journalistique d'envisager, dès le début de la soirée, un plan B fut Mickaël Tassart. Il n'avait, bien évidemment,  pas été écouté. Puisse-t-il s'en souvenir et en tirer la leçon pour être à l'avenir attentif aux débats de sa rédaction.
La CFDT attend de son nouveau responsable une gestion du personnel basée sur la compétence et non plus, comme cela se pratique depuis 2002, sur la servilité et l'obséquiosité.
La CFDT souhaite un retour aux appels à candidature non tronqués quand un poste se libère.
Il aura l'occasion de concrétiser les espoirs mis en lui avec le remplacement numérique de David Guévart. Depuis l'arrivée de Gabriel d'Harcourt à la tête de l'entreprise, la rédaction a perdu sept postes. Les départs ne sont plus remplacés. Aujourd'hui, les besoins, en particulier dans l'Oise, sont énormes surtout depuis la réorganisation catastrophique de juillet 2014. La CFDT demandera que le poste libéré soit affecté sur cette édition.
La CFDT attend aussi de son nouveau rédacteur en chef qu'il réorganise la hiérarchie de la rédaction. En six ans, elle a doublé. Quand, à l'ère de la scop, la rédaction en chef se résumait à trois personnes, il y en six dans l'organigramme Voix du Nord.  Débordée (?), elle éprouve même le besoin de faire appel à des petites mains pour la seconder. La scop Courrier picard employait 92 journalistes. Aujourd'hui, rappelons-le, nous sommes 80 CDI et le seul service qui a vu ses effectifs gonfler, c'est l'encadrement.

One, two, frime

Ce mois-ci, ont fleuri dans nos colonnes de superbes pages d'autopromotion vantant une explosion du nombre de lecteurs du journal. Les chiffres présentés sont tirés d'une étude réalisée par AudiPresse http://www.audipresse.fr/node.php?id=1220.
Qui est AudiPresse ?  Cette société d'études interprofessionnelle de la presse créée en 2007, réunit les grandes familles de la presse et réalise "des études d'audience unique de référence de la presse en France". Les fameuses études ONE publiées deux fois par an et réalisées "par sondage auprès d''un échantillon de 35 000 personnes", plus "sur un échantillon départemental de 15 000 interviews".
Sacrebleu, 15 000 interviews dans la Somme ! Autant dans l'Oise ! Et combien dans l'Aisne où nous ne sommes présents que sur Saint-Quentin ?
La CDFT demandera à avoir la fiche de ce sondage.
Le seul sondage qui retient notre attention, c'est celui des ventes réelles de journaux chaque mois. Et lui n'est pas en hausse, au contraire.
Mais grâce aux autopromotions, nous apprenons que moins nous vendons de journaux, plus nous avons de lecteurs !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire